Acḥal d abrid i sliɣ
Combien de fois ai-je entendu

I yemma tenna-d aniɣ-i
Ma mère me dire

A mmi ur tesɛid ay cciɣ
Ô mon fils, je n’ai pas de quoi manger

Deg yedmaren a k-t-id fkeɣ
Du sein je te donnerai

Ula d akwerfa ur t-rwiɣ
Même l’ivraie ne me rassasie pas

Amek ara k-id-smeɣreɣ
Comment vais-te faire grandir ?

Sliɣ i yemma tenna

A mmi ifadden kkawen
O mon fils je suis sans force et courbée

Mačči s weclim d ukwerfa
Ce n’est pas avec du son et l’ivraie

I segmen wergazen
Que se revivifient les hommes

Ulac di tarbut tekfa
Il n’y a plus rien dans le plat, c’est terminé.

A nɛenni a nraju yiwen
Nous nous sommes dits : «Attendons» [?]

Cfiɣ yiwen n wass di ccetwa
Je me souviens, un jour en hiver

Nella nezzi-d i lkanun
Nous étions de retour à l’hâtre

Nettawi-d timucuha
Nous y apportions des contes

Akken laẓ medden a t-ttun
Pour que les gens oublient la faim

Nessa agertil ɣer lqaɛa
Nous avons étendu la natte sur le sol

Udan ugin ad kfun
Les nuits étaient sans fin

Tura kra din u s-necfi
Ici et maintenant, nous ne nous souvenons plus

Nerna-ten ɣer win iɛaden
Nous les avons ajoutés à ce qui est passé

Nuɣal nbeddel tikli
Nous en venons à changer notre état d’esprit

Nettu wid leɛmer rwan
Nous oublions ce qui est bon pour la survie.

Imi ddunit tettezzi
Puisque le monde tourne [constamment]

I uzekka anwa i yezran ?
Qui sait ce que sera demain ?

Paroles de Chérif Kheddam – Sligh i yemma