Matoub Lounes Kenza

Kenza

L’album Kenza de Matoub Lounès fut un succès incontestable par ses textes percutants et sa mélodie épurée. L’album Kenza contient 9 chansons et voici les titres :

CD Matoub Lounes : « Kenza »
  
1 – Mimezran –
2 – Etsuy – 04:31
3 – Tamara – 05:27
4 – A yemma-yemma –
5 – Ruh-ruh – 02:24
6 – Tiyri ugujil – 05:15
7 – Tatut – 04:09
8 – Tanumi – 03:07
9 – Kenza – 04:38
Vous pouvez écouter l’album de Matoub Lounes Kenza à l’adresse suivante : Kenza .

matoub lounesPour connaître tout sur la vie du grand Matoub Lounès, sa biographie, discographie, photos, vidéos, paroles des chansons, on vous invite à visiter l’un des sites les plus complet dédié à ce Rebelle : matoub.rebelle.free.fr

Lounès Matoub est né le 24 janvier 1956 à Taourirt Moussa Ouamar en Kabylie, un village de la tribu et actuelle commune Ait Mahmoud dans la daira de Ath Douala dans la wilaya de Tizi-Ouzou (à l’époque intégrée au département français de Tizi-Ouzou, dans le contexte de l’Algérie française). Il meurt le , assassiné sur la route qui relie Tizi Ouzou et son village au lieu-dit Taberquqt à Ait Aïssi.

 

 

L’œuvre de Lounès Matoub se compose de 28 albums (ou 34 volumes).

1978 : Ay Izem
  1. Ay Izem (Ô lion),
  2. Ifenanen, Tegrawla-nneɣ,
  3. Aqlaɣ,
  4. Ya lferh-iw,
  5. Leḥbab-iw,
  6. Terriḍ Anfiyi.

1978 : Daεwessu
  1. A yemma aεzizen (Très chere mère),
  2. Azul felawen,
  3. Nehder mitmal ddunit,
  4. Tiɣratin an ṛuḥ,
  5. Inaɣd ayen akka,
  6. Ddeεwessu (La malédiction).

1979 : Ṛuḥ ay aqcic
  1. Yaw at n magret,
  2. Ṛuḥ ay aqcic (Va, jeune homme),
  3. Eqdaɣ lyass,
  4. Ur diyi-sseḍlam (Le sort affligé),
  5. Ay akal hader,
  6. Idewweṛ i wedrar (La montagne encerclée),
  7. Amirouche et Ferhat,
  8. Yeb°ded lawan,
  9. Acangal yezi,
  10. Arqiq lhal-iw.

1979 : Yekkes-as i znad ucekkel
  1. Yekkes-as i znad ucekkal,
  2. Ay imesdurar (Les montagnards),
  3. Aken kan id ttaxreɣ,
  4. A tidett wi kem-iεebban (Le fardeau de la vérité),
  5. Iwexxer wagu,
  6. Ğeṛğeṛ yessawel i Luṛis (Le Djurdjura appelle les Aurès)

1979 : A lḥif yuran
  1. Azul a mmi-s idurar (Au fils des montagnes),
  2. Ger idurar n Luṛis (Les Aurès),
  3. Ufiɣt yeduri tejra, Tegrurez,
  4. Ay idurar n Ğeṛğeṛ (Montagnes du Djurdjura),
  5. Abehri,
  6. A lḥif yuran (Malheur inscrit).

1979 : Ay aḥlili
  1. Ay aḥlili (La vérité dans les ronces),
  2. Atidett rdju,
  3. Gara nneɣ ur d yigri usirem,
  4. Ay ahbib assa ad ṛuḥeɣ,
  5. Ak°it ay arrac nneɣ (Réveillez-vous, compagnons).

1980 : A ttwaliɣ
  1. Waka m di-ssawlen, Xas ṛuḥ (Fin de règne),
  2. Ay aqcic (Au pays des Kabyles),
  3. Annaɣ i yi-iga ṛṛay-iw (La raison dévoyée),
  4. Tilelli (La liberté),
  5. Uh ay ihbiben-is,
  6. Ttaṛ-im a m-t-id-rreɣ (Ta vengeance),
  7. A ttwaliɣ (Vision).

1980 : Récital à l’Olympia 80 (JSK)
  1. Intro,
  2. JSK,
  3. Imaziɣen (Hekun),
  4. D aɣrib (L’exil),
  5. Lgirra tefra,
  6. Poème,
  7. Tter.

1981 : Assagi liɣ
  1. Zhut ay arrac
  2. Uh a yemma sber
  3. Ya lfehr-iw
  4. Poèmes tayeb
  5. Tiɣratin
  6. Assagi lliɣ (Je suis)

1981 : Slaεbitt ay abeḥri (vol.1: Slaεbitt ay abeḥri, vol.2: Yeḥzen Lwad Aεissi)
Volume 1 :
  1. Sleεb-itt ay abeḥri (Le vent de la liberté),
  2. Defreɣ-k s wallen-iw,
  3. An-nerreẓ wala an-neknu (Plutôt rompre que plier)
  4. Ay adrar n At Yiraten (La montagne des Aït Irathen).

Volume 2 :

  1. Yeḥzen Lwad Aεisi (Oued Aissi en deuil)
  2. Amuss yezga izedɣiten
  3. Lwexda iṣaren (Terrible malheur)
  4. Berzidan (Président)

1981 : At Yiraten
  1. Muggreɣ At Yiraten (Les Aït Irathen)
  2. Iffis
  3. A askri
  4. A mmi aεzizen (Mon fils adoré)
  5. Yenayi aqli ad ṛuḥeɣ
  6. Anef-iyi ad ruɣ (L’aunée)

1982 : Tirgin
Ru ay ul (Nos reniements), Tiɣri idurar (L’appel des montagnes), Kumiṣar (Commissaire), Tirgin (Les braises), Assa tesεiḍ (Mon cœur sous une dalle), Letnayen iṛuḥ d tlata, Ameḥbus-iw (Mon prisonnier), Mi neztel s lkif.

1983 : Tamsalt n Sliman
Ur ifur, Imcumen, Allah wakbeṛ (Allah est grand), Afalku bezru leɣrib, As lferh, Abrid at n aεqel, Tamsalt n Sliman (L’épreuve de Slimane), Yir tayri (L’amour infâme), A lexlaxel.

1984 : A tarwa n lḥif
Lhaq (La raison), A sidi Abderahmane (Saint Abderahmane), Monsieur le Président , Asa djazayri, Igujilen (Les orphelins), A tarwa n lḥif (Les enfants du malheur).

1985 : Da Hamou
Da Hamou, Asɣersif (Le peuplier), Yecbas i rebbi leqlam, Ẓẓehr-iw (Ma chance), Tamsalt-iw (Mon épreuve), Aṭṭan n mmi (Le mal de mon fils), Lgirra n esscandriya, Qelleb lmetl-im (Ton exemple).

1985 : Lbabur
Imɣereq, Ma suɣeɣ (La calamité), Lbabur, Tadukla (L’amitié), Ugadeɣ a k-rwin (Peur qu’ils te ravagent), Zzriɣ accu, Lebɣ-iw d array-iw, Mrehba s lehbab.

1986 : Les deux compères
Les deux compères, Yir argaz (Homme indigne), A mes frères, Aɣrib (L’exilé) , Amek akka (Infamie et châtiment), Utlif, Uh ay ihbiben-iw, Ul-iw gezm-it (Coeur-crible).

1986 : Tamurt-iw
Yir aqbayli, Ddunit-iw (Ma vie), A tamurt-iw (Ma patrie), Lezzayer (L’Algérie) , Askri, Imdanen, Eras tili.

1987 : Tissirt n endama
Tensa tafat, Udem n Lezzayer (Le visage de l’Algérie), Sseḥseb (Pourpense) , Tadart-a, Instrumental tensa tafat, Tissirt n endama, Dayen idub ṛṛuḥ (Les âmes fendues).

1988 : Lmut
Lmut (La mort), Ihedaden bb°awal (Les cisailleurs de mots), Idrimen, Ay arrac (La eunesse), Tidett yeffren (La vérité enfouie), Igiṛṛu n lkif (Le chanvre), Uzu n tayri (Le couteau de l’amour).

1988 : Rwah rwah
Sserhas ay adu, Aɣrib (L’exilé), Abrid ireglen (La route entravée), Rwah rwah , At-tili lḥağa (L’insaisissable), Arrac n tmanyin, S kra b-b°i-ghelken yeḥla (Les souffrants sans rémission), Attas i-ssyenan.

1989 : L’ironie du sort
Ayen iraden (L’ironie du sort), Yir lehlak (Elle s’arrache: la liberté), Wissen (La désillusion), A win iṛuḥen (Amertumes et regrets), Lεemeṛ-iw (Ma vie), Imceblen (La déchirure), Ameni (L’espoir), Ssu-yas (La gifle), Tarewla (Le repentir.)

1991 : Regard sur l’histoire d’un pays damné (vol.1: Regard sur l’histoire… , vol.2: Iẓri-w)
Volume 1 : Regard sur l’histoire d’un pays damné (Chanson de 45 minutes).
Volume 2 : Iẓri-w (Mes yeux), Aḥlil Aḥlil (Misère pour misère), Tadukli (Fratrie), Uzu tassa, Abeḥri n lḥif (La brise du malheur).

1993 : Communion avec la patrie (vol.1: Communion avec la patrie, vol.2: Lmeḥna)
Volume 1 : Hymne à Boudiaf, A yemma amek (Quel est ton sort, mère ?), Imesḥaf (Les monstres), Amğazi (Communion avec la patrie).
Volume 2 : A yemma yemma (La fleur saxifrage), Tuzzma n temɣer (L’effroi de l’âge), Si ddaw uẓekka tiɣri-w (De la tombe, mon appel !), Amessefray (Ma voix, dans le vide…), Taseεdit (Tassadit), Lmeḥna (La peine).

1994 : Kenza
Mm imezran (La gracieuse), A ṭṭaffareɣ deg wussan (L’agneau oblatif), Ttuɣ (L’amoureux réprouvé), Kenza, Ṛuḥ ṛuḥ, Tamara (La contrainte), Tannumi (L’habitude), Tatut (L’oubli), Tiɣri u gujil.

1996 : Tiɣri g-gemma (vol.1: Assirem, vol.2: Tiɣri g-gemma)
Volume 1 : Asirem (L’espoir), Tameddit b-b°ass (La fin du jour), Abrid n tdukli (L’horizon prospère), Asmekti t-tuzzma, Remords et regrets), Yir aṭṭan (La fatalité), Lɣella n ṭṭrad (Le butin de guerre), La sœur musulmane.
Volume 2 : Taεekkemt n tegrawla (Epreuves de révolution), Imettawen-iw (Mes larmes), Tiɣri g-gemma (La complainte de ma mère), Tuzzma (L’effroi), Lḥif n nnger (La déshérence), Lmutt b-b°egrawliw (Compagnon de la révolution), Tiɣri n tağğalt (La révolte de la veuve).

1997 : Au nom de tous les miens (vol.1: Semeḥtiyi, vol.2: Sel kan i dderz)
Volume 1 : Semmeḥt-iyi a leḥbab-iw (Mes amis… désolé), Ay ixf-iw (Mon âme, que faire ?), Anda-tt teεzibt (La vertu dépravée), A baba ṛuh (Va, père), Ay aḥbib-iw (L’ami fidèle), Imcumen (Les scélérats).
Volume 2 : Sel kan i dderz (Le temps au galop), Ffeɣ ay ajṛad tamurt-iw (L’armée de sauterelles), At yetran (Les galonnés), Qqurent tregwa (Les rigoles de mes yeux), Ay izri yesrindimen (A chaudes larmes), Armi glalzeɣ i faqeɣ (Ebranlé).

1998 : Lettre ouverte aux… (vol.1: Tabratt i lḥekam, vol.2: I luḥqed zhir)
Volume 1 : Ayen ayen (Ma vie d’abîme), A tamɣart (Sa perdition), Ifut lawan (L’ogresse de ma vie), Nezga (L’amour fou), Tabratt i lḥekam (Lettre ouverte aux…)
Volume 2 : Ur sḥissif ara (Le col du salut), Iluḥq-ed zzhir (A nos portes, la mort !), Ddu d webrid-ik a l’ḥif (Salubre misère), Yehwa-yam (Libre et femme), Beddeɣ di tizi (Le gâchis), Sers iman-ik (Narcisse noyé).

D’ailleurs, on vous invite à écouter la totalité de la discographie en ligne de Matoub Lounès sur kbmusique qui présente près de 32 albums exclusifs.

matoub lounesLounès Matoub disait que sa seule arme était ses chansons. Il disait tout haut ce que le peuple pensait tout bas. Ses textes sont d’ailleurs clairement revendicatifs, et la défense de la langue et de la culture berbère y tiens une place prépondérante.

Il militait pour la reconnaissance de Tamazight comme langue nationale et officielle de l’Algérie et pour que celle-ci soit utilisée dans tous les domaines: école, administration, sciences, médias…

Matoub, comme il le disait, était également opposé à une hydre à deux têtes: le pouvoir et l’intégrisme islamiste qu’il a engendré.

Ainsi, il chantait contre le régime, caractérisé par la corruption et la criminalité. Dans ses chansons, il n’hésitait pas à s’attaquer de front aux présidents algériens (Chadli, Boumediène, Ben Bella), aux ministres du gouvernement, à la sécurité militaire et même à l’opposition se disant démocrate (FFS,RCD).

Matoub Lounes s’oppose à la politique d’arabo-islamisation menée par ce pouvoir depuis l’indépendance qui ne correspond pas à la véritable identité de l’Algérie. Ainsi, face à la loi d’arabisation du 5 juillet 1998 généralisant l’usage de la langue arabe dans tous les domaines et face au mutisme des sois-disants partis politiques de l’opposition, il dira: « A partir du 5 juillet, je serai la seule opposition en Algérie. Je serai le seul opposant. […] Cette fois, soit ils me jetteront en prison, soit ils me tueront. »

Matoub critiquait également l’école algérienne, falsificatrice d’histoire, qui n’avait pour seul but selon lui que « d’arabêtiser » le peuple.

Il militait pour l’instauration d’une véritable démocratie et était un fervent partisan de la laïcité.

Matoub Lounes dénoncait également la place faite aux femmes dans la société. En effet, leurs droits sont bafoués et le code de la famille incluant des éléments de la charia, institutionnalise l’infériorisation des femmes par rapport à l’homme.

Opposé à l’islamisme et au terrorisme islamiste, il condamne l’assassinat d’intellectuels. Matoub Lounes composera en juin 1993, quelques semaines après le meurtre de Tahar Djaout, une magnifique chanson à sa mémoire,  »Kenza », du prénom de la jeune fille de la victime.

Fervent partisan de la laïcité, Matoub Lounes s’oppose à ce que la religion s’immisce en politique, et s’oppose fermement à la république islamique tant voulu par les islamistes. A ce titre, il vivra la victoire du FIS aux élections législatives de 1991 comme un drame (la Kabylie, bastion de la résistance selon Matoub, ayant été une des régions d’Algérie où le FIS ne remporta aucun siège). Matoub Lounes restera très menacé par les terroristes islamistes.

Matoub Lounes n’hésite pas également à s’attaquer à de nombreuses composantes sacrées de l’islam. Ainsi, dans sa chanson  »Allah Wakber », il dénonce la fatalité qui fait accepter tout et n’importe quoi aux musulmans, l’aliénation issue de cette religion qui pousse les gens à ne rien entreprendre car tout est écrit et il y désacralise la langue arabe: elle n’est pas plus importante qu’une autre au motif qu’elle serait la langue du coran.

En 1996, Matoub Lounes participe à la marche des rameaux en Italie pour l’abolition de la peine de mort, lui qui a été condamné 2 ans auparavant à cette même peine par les terroristes du GIA.

La fondation Matoub Lounes a été créée par sa soeur Malika pour perpétuer sa mémoire, faire la lumière sur son assassinat et promouvoir les valeurs d’humanisme défendues pendant sa vie.

Pour plus de renseignement, visiter le site spécialement consacré à Matoub Lounes http://matoub.rebelle.free.fr

En ce qui concerne la musique de Matoub Lounes, visiter le site Kb musique

Matoub LounesLa vie de Matoub Lounès été très agitée, il a vécu des moments tragiques qui ont marqué sa carrière d’artiste. Sa carrière artistique était indissociable de son combat politique. Depuis la sortie de son premier album A Yizem anda tellid ? (Ô lion où es-tu ?) Matoub Lounès célèbre les combattants de l’indépendance et fustige les dirigeants de l’Algérie auxquels il reproche d’avoir usurpé le pouvoir et de brider la liberté d’expression. Chef de file du combat pour la reconnaissance de la langue berbère, Matoub Lounès est grièvement blessé par un gendarme en octobre 1988. Il raconte sa longue convalescence dans l’album L’Ironie du sort (1989).

Violemment opposé au terrorisme islamiste, Matoub Lounès condamne l’assassinat d’intellectuels. Il fût cependant enlevé le 25 septembre 1994 par un groupe armé, puis libéré au terme d’une forte mobilisation de l’opinion kabyle. La même année, Matoub Lounès publie un ouvrage autobiographique Le Rebelle et reçoit le Prix de la mémoire des mains de Danielle Mitterrand.

En 1995, Matoub Lounèsparticipe à la marche des rameaux en Italie pour l’abolition de la peine de mort, alors qu’en mars 1995, le S.C.I.J. (Canada) lui remet Le Prix de la Liberté d’expression.

Le 25 juin 1998, Matoub Lounès fût assassiné sur la route menant de Tizi-Ouzou à Ath Douala en Kabylie (Algérie) à quelques kilomètres de son village natal. Les conditions de ce meurtre n’ont jamais été élucidées. Les funérailles du chanteur drainèrent des centaines de milliers de personnes et la Kabylie a connu plusieurs semaines d’émeutes et de deuil. Son dernier album Lettre ouverte aux…, paru quelques semaines après son assassinat, contient une parodie de l’hymne national algérien dans laquelle il dénonce le pouvoir en place.

«Mais la paix renaîtra un jour et mes chants parmi vous célébreront à nouveau le printemps si cher à nos cœurs..». L’auteur de ces lignes s’appelait Matoub Lounès, star de la chanson kabyle et héros dans sa région natale, Tamazgha.

Son combat

ounès Matoub disait que sa seule arme était ses chansons. Il disait tout haut ce que le peuple pensait tout bas. Ses textes sont d’ailleurs clairement revendicatifs, et la défense de la langue et de la culture berbère y tiens une place prépondérante.

Il militait pour la reconnaissance de Tamazight comme langue nationale et officielle de l’Algérie et pour que celle-ci soit utilisée dans tous les domaines: école, administration, sciences, médias…

Matoub, comme il le disait, était également opposé à une hydre à deux têtes: le pouvoir et l’intégrisme islamiste qu’il a engendré.

Ainsi, il chantait contre le régime, caractérisé par la corruption et la criminalité. Dans ses chansons, il n’hésitait pas à s’attaquer de front aux présidents algériens (Chadli, Boumediène, Ben Bella), aux ministres du gouvernement, à la sécurité militaire et même à l’opposition se disant démocrate (FFS,RCD).

Il s’oppose à la politique d’arabo-islamisation menée par ce pouvoir depuis l’indépendance qui ne correspond pas à la véritable identité de l’Algérie. Ainsi, face à la loi d’arabisation du 5 juillet 1998 généralisant l’usage de la langue arabe dans tous les domaines et face au mutisme des sois-disants partis politiques de l’opposition, il dira: « A partir du 5 juillet, je serai la seule opposition en Algérie. Je serai le seul opposant. […] Cette fois, soit ils me jetteront en prison, soit ils me tueront. »

Matoub critiquait également l’école algérienne, falsificatrice d’histoire, qui n’avait pour seul but selon lui que « d’arabêtiser » le peuple.

Il militait pour l’instauration d’une véritable démocratie et était un fervent partisan de la laïcité.

Il dénoncait également la place faite aux femmes dans la société. En effet, leurs droits sont bafoués et le code de la famille incluant des éléments de la charia, institutionnalise l’infériorisation des femmes par rapport à l’homme.

Opposé à l’islamisme et au terrorisme islamiste, il condamne l’assassinat d’intellectuels. Il composera en juin 1993, quelques semaines après le meurtre de Tahar Djaout, une magnifique chanson à sa mémoire,  »Kenza », du prénom de la jeune fille de la victime.

Fervent partisan de la laïcité, il s’oppose à ce que la religion s’immisce en politique, et s’oppose fermement à la république islamique tant voulu par les islamistes. A ce titre, il vivra la victoire du FIS aux élections législatives de 1991 comme un drame (la Kabylie, bastion de la résistance selon Matoub, ayant été une des régions d’Algérie où le FIS ne remporta aucun siège). Il restera très menacé par les terroristes islamistes.

Lounès Matoub n’hésite pas également à s’attaquer à de nombreuses composantes sacrées de l’islam. Ainsi, dans sa chanson  »Allah Wakber », il dénonce la fatalité qui fait accepter tout et n’importe quoi aux musulmans, l’aliénation issue de cette religion qui pousse les gens à ne rien entreprendre car tout est écrit et il y désacralise la langue arabe: elle n’est pas plus importante qu’une autre au motif qu’elle serait la langue du coran.

En 1996, il participe à la marche des rameaux en Italie pour l’abolition de la peine de mort, lui qui a été condamné 2 ans auparavant à cette même peine par les terroristes du GIA.

La fondation Lounès Matoub a été créée par sa soeur Malika pour perpétuer sa mémoire, faire la lumière sur son assassinat et promouvoir les valeurs d’humanisme défendues pendant sa vie.