Matoub Lounes Kenza

Kenza

L’album Kenza de Matoub Lounès fut un succès incontestable par ses textes percutants et sa mélodie épurée. L’album Kenza contient 9 chansons et voici les titres :

CD Matoub Lounes : « Kenza »
  
1 – Mimezran –
2 – Etsuy – 04:31
3 – Tamara – 05:27
4 – A yemma-yemma –
5 – Ruh-ruh – 02:24
6 – Tiyri ugujil – 05:15
7 – Tatut – 04:09
8 – Tanumi – 03:07
9 – Kenza – 04:38
Vous pouvez écouter l’album de Matoub Lounes Kenza à l’adresse suivante : Kenza .

matoub lounesPour connaître tout sur la vie du grand Matoub Lounès, sa biographie, discographie, photos, vidéos, paroles des chansons, on vous invite à visiter l’un des sites les plus complet dédié à ce Rebelle : matoub.rebelle.free.fr

Lounès Matoub est né le 24 janvier 1956 à Taourirt Moussa Ouamar en Kabylie, un village de la tribu et actuelle commune Ait Mahmoud dans la daira de Ath Douala dans la wilaya de Tizi-Ouzou (à l’époque intégrée au département français de Tizi-Ouzou, dans le contexte de l’Algérie française). Il meurt le , assassiné sur la route qui relie Tizi Ouzou et son village au lieu-dit Taberquqt à Ait Aïssi.

 

 

L’œuvre de Lounès Matoub se compose de 28 albums (ou 34 volumes).

1978 : Ay Izem
  1. Ay Izem (Ô lion),
  2. Ifenanen, Tegrawla-nneɣ,
  3. Aqlaɣ,
  4. Ya lferh-iw,
  5. Leḥbab-iw,
  6. Terriḍ Anfiyi.

1978 : Daεwessu
  1. A yemma aεzizen (Très chere mère),
  2. Azul felawen,
  3. Nehder mitmal ddunit,
  4. Tiɣratin an ṛuḥ,
  5. Inaɣd ayen akka,
  6. Ddeεwessu (La malédiction).

1979 : Ṛuḥ ay aqcic
  1. Yaw at n magret,
  2. Ṛuḥ ay aqcic (Va, jeune homme),
  3. Eqdaɣ lyass,
  4. Ur diyi-sseḍlam (Le sort affligé),
  5. Ay akal hader,
  6. Idewweṛ i wedrar (La montagne encerclée),
  7. Amirouche et Ferhat,
  8. Yeb°ded lawan,
  9. Acangal yezi,
  10. Arqiq lhal-iw.

1979 : Yekkes-as i znad ucekkel
  1. Yekkes-as i znad ucekkal,
  2. Ay imesdurar (Les montagnards),
  3. Aken kan id ttaxreɣ,
  4. A tidett wi kem-iεebban (Le fardeau de la vérité),
  5. Iwexxer wagu,
  6. Ğeṛğeṛ yessawel i Luṛis (Le Djurdjura appelle les Aurès)

1979 : A lḥif yuran
  1. Azul a mmi-s idurar (Au fils des montagnes),
  2. Ger idurar n Luṛis (Les Aurès),
  3. Ufiɣt yeduri tejra, Tegrurez,
  4. Ay idurar n Ğeṛğeṛ (Montagnes du Djurdjura),
  5. Abehri,
  6. A lḥif yuran (Malheur inscrit).

1979 : Ay aḥlili
  1. Ay aḥlili (La vérité dans les ronces),
  2. Atidett rdju,
  3. Gara nneɣ ur d yigri usirem,
  4. Ay ahbib assa ad ṛuḥeɣ,
  5. Ak°it ay arrac nneɣ (Réveillez-vous, compagnons).

1980 : A ttwaliɣ
  1. Waka m di-ssawlen, Xas ṛuḥ (Fin de règne),
  2. Ay aqcic (Au pays des Kabyles),
  3. Annaɣ i yi-iga ṛṛay-iw (La raison dévoyée),
  4. Tilelli (La liberté),
  5. Uh ay ihbiben-is,
  6. Ttaṛ-im a m-t-id-rreɣ (Ta vengeance),
  7. A ttwaliɣ (Vision).

1980 : Récital à l’Olympia 80 (JSK)
  1. Intro,
  2. JSK,
  3. Imaziɣen (Hekun),
  4. D aɣrib (L’exil),
  5. Lgirra tefra,
  6. Poème,
  7. Tter.

1981 : Assagi liɣ
  1. Zhut ay arrac
  2. Uh a yemma sber
  3. Ya lfehr-iw
  4. Poèmes tayeb
  5. Tiɣratin
  6. Assagi lliɣ (Je suis)

1981 : Slaεbitt ay abeḥri (vol.1: Slaεbitt ay abeḥri, vol.2: Yeḥzen Lwad Aεissi)
Volume 1 :
  1. Sleεb-itt ay abeḥri (Le vent de la liberté),
  2. Defreɣ-k s wallen-iw,
  3. An-nerreẓ wala an-neknu (Plutôt rompre que plier)
  4. Ay adrar n At Yiraten (La montagne des Aït Irathen).

Volume 2 :

  1. Yeḥzen Lwad Aεisi (Oued Aissi en deuil)
  2. Amuss yezga izedɣiten
  3. Lwexda iṣaren (Terrible malheur)
  4. Berzidan (Président)

1981 : At Yiraten
  1. Muggreɣ At Yiraten (Les Aït Irathen)
  2. Iffis
  3. A askri
  4. A mmi aεzizen (Mon fils adoré)
  5. Yenayi aqli ad ṛuḥeɣ
  6. Anef-iyi ad ruɣ (L’aunée)

1982 : Tirgin
Ru ay ul (Nos reniements), Tiɣri idurar (L’appel des montagnes), Kumiṣar (Commissaire), Tirgin (Les braises), Assa tesεiḍ (Mon cœur sous une dalle), Letnayen iṛuḥ d tlata, Ameḥbus-iw (Mon prisonnier), Mi neztel s lkif.

1983 : Tamsalt n Sliman
Ur ifur, Imcumen, Allah wakbeṛ (Allah est grand), Afalku bezru leɣrib, As lferh, Abrid at n aεqel, Tamsalt n Sliman (L’épreuve de Slimane), Yir tayri (L’amour infâme), A lexlaxel.

1984 : A tarwa n lḥif
Lhaq (La raison), A sidi Abderahmane (Saint Abderahmane), Monsieur le Président , Asa djazayri, Igujilen (Les orphelins), A tarwa n lḥif (Les enfants du malheur).

1985 : Da Hamou
Da Hamou, Asɣersif (Le peuplier), Yecbas i rebbi leqlam, Ẓẓehr-iw (Ma chance), Tamsalt-iw (Mon épreuve), Aṭṭan n mmi (Le mal de mon fils), Lgirra n esscandriya, Qelleb lmetl-im (Ton exemple).

1985 : Lbabur
Imɣereq, Ma suɣeɣ (La calamité), Lbabur, Tadukla (L’amitié), Ugadeɣ a k-rwin (Peur qu’ils te ravagent), Zzriɣ accu, Lebɣ-iw d array-iw, Mrehba s lehbab.

1986 : Les deux compères
Les deux compères, Yir argaz (Homme indigne), A mes frères, Aɣrib (L’exilé) , Amek akka (Infamie et châtiment), Utlif, Uh ay ihbiben-iw, Ul-iw gezm-it (Coeur-crible).

1986 : Tamurt-iw
Yir aqbayli, Ddunit-iw (Ma vie), A tamurt-iw (Ma patrie), Lezzayer (L’Algérie) , Askri, Imdanen, Eras tili.

1987 : Tissirt n endama
Tensa tafat, Udem n Lezzayer (Le visage de l’Algérie), Sseḥseb (Pourpense) , Tadart-a, Instrumental tensa tafat, Tissirt n endama, Dayen idub ṛṛuḥ (Les âmes fendues).

1988 : Lmut
Lmut (La mort), Ihedaden bb°awal (Les cisailleurs de mots), Idrimen, Ay arrac (La eunesse), Tidett yeffren (La vérité enfouie), Igiṛṛu n lkif (Le chanvre), Uzu n tayri (Le couteau de l’amour).

1988 : Rwah rwah
Sserhas ay adu, Aɣrib (L’exilé), Abrid ireglen (La route entravée), Rwah rwah , At-tili lḥağa (L’insaisissable), Arrac n tmanyin, S kra b-b°i-ghelken yeḥla (Les souffrants sans rémission), Attas i-ssyenan.

1989 : L’ironie du sort
Ayen iraden (L’ironie du sort), Yir lehlak (Elle s’arrache: la liberté), Wissen (La désillusion), A win iṛuḥen (Amertumes et regrets), Lεemeṛ-iw (Ma vie), Imceblen (La déchirure), Ameni (L’espoir), Ssu-yas (La gifle), Tarewla (Le repentir.)

1991 : Regard sur l’histoire d’un pays damné (vol.1: Regard sur l’histoire… , vol.2: Iẓri-w)
Volume 1 : Regard sur l’histoire d’un pays damné (Chanson de 45 minutes).
Volume 2 : Iẓri-w (Mes yeux), Aḥlil Aḥlil (Misère pour misère), Tadukli (Fratrie), Uzu tassa, Abeḥri n lḥif (La brise du malheur).

1993 : Communion avec la patrie (vol.1: Communion avec la patrie, vol.2: Lmeḥna)
Volume 1 : Hymne à Boudiaf, A yemma amek (Quel est ton sort, mère ?), Imesḥaf (Les monstres), Amğazi (Communion avec la patrie).
Volume 2 : A yemma yemma (La fleur saxifrage), Tuzzma n temɣer (L’effroi de l’âge), Si ddaw uẓekka tiɣri-w (De la tombe, mon appel !), Amessefray (Ma voix, dans le vide…), Taseεdit (Tassadit), Lmeḥna (La peine).

1994 : Kenza
Mm imezran (La gracieuse), A ṭṭaffareɣ deg wussan (L’agneau oblatif), Ttuɣ (L’amoureux réprouvé), Kenza, Ṛuḥ ṛuḥ, Tamara (La contrainte), Tannumi (L’habitude), Tatut (L’oubli), Tiɣri u gujil.

1996 : Tiɣri g-gemma (vol.1: Assirem, vol.2: Tiɣri g-gemma)
Volume 1 : Asirem (L’espoir), Tameddit b-b°ass (La fin du jour), Abrid n tdukli (L’horizon prospère), Asmekti t-tuzzma, Remords et regrets), Yir aṭṭan (La fatalité), Lɣella n ṭṭrad (Le butin de guerre), La sœur musulmane.
Volume 2 : Taεekkemt n tegrawla (Epreuves de révolution), Imettawen-iw (Mes larmes), Tiɣri g-gemma (La complainte de ma mère), Tuzzma (L’effroi), Lḥif n nnger (La déshérence), Lmutt b-b°egrawliw (Compagnon de la révolution), Tiɣri n tağğalt (La révolte de la veuve).

1997 : Au nom de tous les miens (vol.1: Semeḥtiyi, vol.2: Sel kan i dderz)
Volume 1 : Semmeḥt-iyi a leḥbab-iw (Mes amis… désolé), Ay ixf-iw (Mon âme, que faire ?), Anda-tt teεzibt (La vertu dépravée), A baba ṛuh (Va, père), Ay aḥbib-iw (L’ami fidèle), Imcumen (Les scélérats).
Volume 2 : Sel kan i dderz (Le temps au galop), Ffeɣ ay ajṛad tamurt-iw (L’armée de sauterelles), At yetran (Les galonnés), Qqurent tregwa (Les rigoles de mes yeux), Ay izri yesrindimen (A chaudes larmes), Armi glalzeɣ i faqeɣ (Ebranlé).

1998 : Lettre ouverte aux… (vol.1: Tabratt i lḥekam, vol.2: I luḥqed zhir)
Volume 1 : Ayen ayen (Ma vie d’abîme), A tamɣart (Sa perdition), Ifut lawan (L’ogresse de ma vie), Nezga (L’amour fou), Tabratt i lḥekam (Lettre ouverte aux…)
Volume 2 : Ur sḥissif ara (Le col du salut), Iluḥq-ed zzhir (A nos portes, la mort !), Ddu d webrid-ik a l’ḥif (Salubre misère), Yehwa-yam (Libre et femme), Beddeɣ di tizi (Le gâchis), Sers iman-ik (Narcisse noyé).

D’ailleurs, on vous invite à écouter la totalité de la discographie en ligne de Matoub Lounès sur kbmusique qui présente près de 32 albums exclusifs.

Dans son bureau à Taourirt Moussa, Malika Matoub, la présidente de la fondation Matoub Lounes, brise le silence et répond aux questions de la Dépêche de Kabylie.

Entretien réalisé par : Omar Zeghni et Tassadit Ch

La Dépêche de Kabylie : 13 ans après l’assassinat de Lounes Matoub, vous intentez un procès contre les éditeurs et les producteurs, pourquoi un tel procès ?

Malika Matoub : Tout simplement, je ne reconnais plus l’œuvre de Lounes, je constate une grave atteinte à l’intégrité de cette œuvre par rapport aux supports qui existent actuellement sur le marché. A titre d’exemple, il y a des changements de visuel, des compilations et des best off. Là-dessus, je sens qu’il y a une atteinte grave à l’œuvre du rebelle et à sa mémoire. A ce sujet, je pense que le 5 juin, la justice va faire son travail.

Que reprochez-vous, exactement, aux éditeurs et autres producteurs ?
Ces producteurs ont détourné complètement l’œuvre initiale de Lounes.

C’est-à-dire ?
Je vous cité à titre d’illustration, un album édité en 1982. Il ne peut pas prendre une photo d’un autre produit sorti en 87. L’artiste a choisi une configuration et elle doit y rester. On ne peut pas changer, au gré de je ne sais quoi, le visuel d’une cassette ou d’un CD. Le droit moral est inaliénable.

Oui, mais les éditeurs estiment qu’ils ont tous les droits et que la famille Matoub n’est qu’héritière intellectuelle de l’œuvre du Rebelle.…
Ecoutez, si on n’a pas le droit, eh Bien la justice leur donnera, à eux, ce droit. Vis à vis du public de Lounes, nous nous démarquerons de toutes ces modifications, si bien sur, la justice décide qu’ils ont le droit de galvauder cette œuvre.

Donc, si on comprend bien, cette affaire n’à rien avoir avec l’argent ?
C’est sur que ça a avoir avec le coté financier, parce que ces gens là, s’ils ont fait tout ce travail, c’est qu’ils avaient un but commercial. Ils ont reproduit illicitement l’œuvre de Lounes, ont changé le visuel, pour tromper les fans de Matoub et pour engranger, par la suite, une manne financière intarissable. En plus, si je reste dans leur logique, c’est-à-dire que la famille est détentrice du droit moral, et bien faisons valoir notre rôle de gardiens de la mémoire. On leur dit, aujourd’hui, stop, Matoub n’est pas un kleenex.

Vous avez évoqué  » la clochardisation  » de l’œuvre de Lounes, qu’est ce qui vous pousse à faire un  tel constat ?
Tout à fait ! Quand on voit, sur des albums de Lounes, de la publicité qui n’a rien avoir avec le produit, il y a sur certains CD des titres de films tel que  » Titanic « , des photos d’ordre privé qui sont commercialisés… c’est affreux ! C’est une atteinte grave à l’œuvre de Matoub, et sur ça, sa famille ne se taira jamais. On a l’impression que l’œuvre de Lounes est devenue malheureusement, un produit de basse gamme, alors qu’elle a son pesant d’or. Personne n’a le droit de l’altérer, il y a le respect de la mémoire.

Oui mais la Fondation Matoub a adopté la même démarche, vous avez reproduit ses œuvres, imprimez des posters …
Ce n’est pas la même chose ! Toutes les fondations du monde exploitent l’image des personnalités qu’elles défendent. Toutes ces fondations travaillent avec l’image des personnalités. Quand la fondation diffuse un poster de Matoub, est-ce que cela porte atteinte à sa mémoire? Non, mais bien au contraire, c’est  juste pour aller dans le sens du travail de mémoire que nous faisons. Cependant, les éditeurs et  producteurs, sont tenus à une certaine règle et image.

Pourquoi alors attendre tout ce temps pour dénoncer  » la contrefaçon  » et la  » clochardisation  » de l’œuvre de Matoub Lounes ?
Je n’ai pas attendu !  Nous avons, quand la saignée a commencé dans les années 2002-2003, interpellé les producteurs, par courriers avec accusés de réception, leur demandant une explication. Nous n’avons reçu aucune réponse de leur part. Suite à quoi, nous avons déposé une plainte, en 2005, pour faire valoir nos droits. Il aura fallu du temps pour voir, enfin, le procès programmé. De notre coté, on estime que nous avons fait notre travail à temps. À la justice maintenant de faire le sien.

Malgré cela, certains estiment que vous-vous êtes effacés de la scène, un silence et une absence sur le terrain, pensez-vous que c’est la meilleure manière de défendre la mémoire du Rebelle ?
Bien au contraire. Quand il s’agit d’événements qui concernent directement Lounes, la fondation organise et prend en charge l’organisation à travers tous les villages de la Kabylie. Nous n’avons jamais été absents sur le terrain.
La fondation est présente, nous avons une équipe qui travaille et qui veille à l’accueil quotidien des visiteurs. Nous continueront à entretenir la mémoire du Rebelle, à classer les archives, établir les contacts avec le mouvement associatif. Il y’a aussi les manifestations qu’initient les associations, en collaboration avec la fondation, on y participe activement. Maintenant que ces actions ne soient médiatisées, là c’est une toute autre histoire. Quant aux actions de rue, si elles sont nécessaires, nous les ferons. Toutefois, pour le moment, on voit le pourrissement dans la région et nous ne voulons pas être de la mêlée.

Récemment, l’association Tagmats, de Lyon, a dénoncé le saccage de plusieurs stèles érigées à la mémoire de Lounes, comment interprétez-vous ces actes de saccages ?
Je ne trouve pas les mots pour qualifier ce genre d’actes ! Une chose est sure, Matoub continue de déranger. Si on s’en prend à des stèles érigées à sa mémoire, c’est que son message est toujours présent. Heureusement qu’il y a des associations, des jeunes et des comités de villages qui s’élèvent et dénoncent ce genre de sabotage et essayent, tant bien que mal, avec les moyens du bord, d’entretenir ces lieux dédiés à Lounès.

Un appel aux autorités pour justement garder et entretenir ces lieux ?
Je n’ai pas à leur faire appel. Où on reconnaît la grandeur de Matoub, comme c’est le cas à travers le monde, et je rappelle que neuf places et rues portent son nom, alors que dans son pays… Chacun doit assumer ses responsabilités. Je ne quémande pas à ce qu’on érige des stèles au non de mon frère. Lounes a sa place parmi les siens, et je crois que c’est le plus important.

13 ans après son assassinat, le procès Matoub n’a pas eu lieu, peut-on connaître les éléments nouveaux du dossier ?
Le procès, comme je l’avais dit sur les colonnes de votre journal, ressemble au tricot de pénélope. La fondation a présenté une liste de personnes à auditionner par le juge, jusque à  aujourd’hui, ça reste une lettre morte.

Avez-vous été auditionnée après le dernier procès ?
Pas du tout.

Des sources évoquent, pourtant, une convocation que vous avez reçue du parquet
Pas du tout ! Ce sont des allégations mensongères. Je n’ai reçu aucune convocation et je n’ai pas été auditionné par un quelconque juge. La dernière fois, ce fut le jour du procès et ça été reporté. Le juge a décidé de renvoyer le procès pour un complément d’enquête que nous avions qualifié de première, car le dossier est revenu à la case départ. Il est actuellement en instruction. On se retrouve, aujourd’hui, avec deux personnes, Chenoui et Madjnoune, qui sont en prison, je ne sais d’ailleurs pour quelle raison.

Sur quelle base vous avez établi la liste de témoins à auditionner que vous avez remis au juge ?

Pour faire éclater toute la vérité sur cet assassinat. Il y a avait des acteurs politiques et de la société civile qui se sont prononcés et ont dit beaucoup de choses, pour éclairer l’opinion et la justice, pour arriver à  » qui a tué Matoub, comment et pourquoi « , ces personnes, il faut qu’elles soient entendues par la justice car ces trois questions restent posées 13 ans après l’ignoble assassinat qui a ciblé mon frère.

Aujourd’hui, estimez-vous que le procès prend beaucoup plus une tournure politique ?
C’est sur qu’aujourd’hui, l’aspect politique a pris le dessus dans cet assassinat, car, qu’on le veuille ou non, c’est l’un des grands assassinats politiques dans ce pays.

Qu’est-ce qui bloque, à votre avis, la tenue du procès ?
Vous savez, les blocages, ils sont divers. Le premier, c’est qu’il faut qu’il y ait une volonté politique pour que la justice fasse son travail.

Le président Bouteflika a déjà exprimé sa volonté de faire éclater la vérité, il a affirmé justement cette volonté politique…
Oui, il l’a promis, et ça remonte à des années lumières. Il a promis de faire toute la lumière sur cet assassinat. Des années après, le constat qu’on fait, c’est que le seul procés politique en Algérie qui reste en suspens, c’est celui de Matoub Lounes. Donc tout est à faire.

Aujourd’hui, estimez-vous que la classe politique a lâché l’affaire, la famille se sent-elle abandonnée dans sa quête de vérité ?
Pas du tout ! Nous sommes soutenus plus que jamais. Je vois et je lis, par exemple, que beaucoup d’hommes politiques de la région évoquent, dans leurs meetings et sorties publiques, l’assassinat de Lounès. Une chose est sure, le procès Matoub est un dossier crucial. Pour qu’il y ait une avancée démocratique et un apaisement dans la région, il faudrait que le procès se tienne. Mais qu’il se tient sur des bases juridiques, tenant compte de tous les témoignages des acteurs politiques, des personnalités et des forces de sécurités. Aujourd’hui, on constate qu’aucune enquête n’a été menée et nous somme au point zéro.
La justice n’a pas assez d’éléments. Si le procès se tient dans l’état actuel des choses, ça serait une parodie de justice, car beaucoup de choses n’ont pas été faites, à commencer par la reconstitution des faits. Il y a eu mort d’homme. Matoub a été tué sur la route de Tala Bounane.
Il faut qu’il y ait reconstitution des faits en prenant compte des témoignages de Nadia (veuve Lounes), Ouardia et Farida, ce qui est normal. Les riverains doivent, aussi, être auditionnés, de même que les gendarmes qui exerçaient dans la région au moment des faits. Il y a aussi les personnalités politiques qui ont avancé des certitudes, à partir de là on pourra avoir un début d’enquête.

Vous appelez donc à la libération des deux personnes, encore en détention ?
J’ai toujours signé l’appel à la libération. Pour moi, on ne peut garder en détention préventive une personne, autant d’années sans jugement. Maintenant s’il y a d’autres chefs d’inculpation, qu’ils aient un procès équitable. Si c’est dans le cadre de l’assassinat de Lounes Matoub, je dirais, qu’on n’est pas encore arrivé aux auteurs.
Ma mère et moi avons toujours refusé de nous constituer partie civile contre ces deux personnes. Si les assassins sont ailleurs, il faut les chercher et je crois que les assassins sont ailleurs.

Vous avez subi des attaques de partout, estimez-vous avoir la force de continuer à lutter pour faire toute la lumière sur l’assassinat de Lounes Matoub ?
Vous savez, même si j’ai été condamnée pour diffamation, je crois que ma volonté n’a pas été altérée pour ne pas continuer à clamer, haut et fort, toute la vérité sur l’assassinat de mon frère.
Que toute personne impliquée de prêt ou de loin par des propos ou des actes, soit auditionnée par la justice, qu’elle donne des clarifications. Je peux être condamnée, mais une chose est sure, je persiste et je signe, je demande à ce que la justice dise clairement qui a tué mon frère. Ce n’est pas aux voies autorisée ou aux voix politiciennes de me le dire. Ces voix, qu’elles se taisent à jamais !

A.Z.  / T.Ch.

matoub lounesLounès Matoub disait que sa seule arme était ses chansons. Il disait tout haut ce que le peuple pensait tout bas. Ses textes sont d’ailleurs clairement revendicatifs, et la défense de la langue et de la culture berbère y tiens une place prépondérante.

Il militait pour la reconnaissance de Tamazight comme langue nationale et officielle de l’Algérie et pour que celle-ci soit utilisée dans tous les domaines: école, administration, sciences, médias…

Matoub, comme il le disait, était également opposé à une hydre à deux têtes: le pouvoir et l’intégrisme islamiste qu’il a engendré.

Ainsi, il chantait contre le régime, caractérisé par la corruption et la criminalité. Dans ses chansons, il n’hésitait pas à s’attaquer de front aux présidents algériens (Chadli, Boumediène, Ben Bella), aux ministres du gouvernement, à la sécurité militaire et même à l’opposition se disant démocrate (FFS,RCD).

Matoub Lounes s’oppose à la politique d’arabo-islamisation menée par ce pouvoir depuis l’indépendance qui ne correspond pas à la véritable identité de l’Algérie. Ainsi, face à la loi d’arabisation du 5 juillet 1998 généralisant l’usage de la langue arabe dans tous les domaines et face au mutisme des sois-disants partis politiques de l’opposition, il dira: « A partir du 5 juillet, je serai la seule opposition en Algérie. Je serai le seul opposant. […] Cette fois, soit ils me jetteront en prison, soit ils me tueront. »

Matoub critiquait également l’école algérienne, falsificatrice d’histoire, qui n’avait pour seul but selon lui que « d’arabêtiser » le peuple.

Il militait pour l’instauration d’une véritable démocratie et était un fervent partisan de la laïcité.

Matoub Lounes dénoncait également la place faite aux femmes dans la société. En effet, leurs droits sont bafoués et le code de la famille incluant des éléments de la charia, institutionnalise l’infériorisation des femmes par rapport à l’homme.

Opposé à l’islamisme et au terrorisme islamiste, il condamne l’assassinat d’intellectuels. Matoub Lounes composera en juin 1993, quelques semaines après le meurtre de Tahar Djaout, une magnifique chanson à sa mémoire,  »Kenza », du prénom de la jeune fille de la victime.

Fervent partisan de la laïcité, Matoub Lounes s’oppose à ce que la religion s’immisce en politique, et s’oppose fermement à la république islamique tant voulu par les islamistes. A ce titre, il vivra la victoire du FIS aux élections législatives de 1991 comme un drame (la Kabylie, bastion de la résistance selon Matoub, ayant été une des régions d’Algérie où le FIS ne remporta aucun siège). Matoub Lounes restera très menacé par les terroristes islamistes.

Matoub Lounes n’hésite pas également à s’attaquer à de nombreuses composantes sacrées de l’islam. Ainsi, dans sa chanson  »Allah Wakber », il dénonce la fatalité qui fait accepter tout et n’importe quoi aux musulmans, l’aliénation issue de cette religion qui pousse les gens à ne rien entreprendre car tout est écrit et il y désacralise la langue arabe: elle n’est pas plus importante qu’une autre au motif qu’elle serait la langue du coran.

En 1996, Matoub Lounes participe à la marche des rameaux en Italie pour l’abolition de la peine de mort, lui qui a été condamné 2 ans auparavant à cette même peine par les terroristes du GIA.

La fondation Matoub Lounes a été créée par sa soeur Malika pour perpétuer sa mémoire, faire la lumière sur son assassinat et promouvoir les valeurs d’humanisme défendues pendant sa vie.

Pour plus de renseignement, visiter le site spécialement consacré à Matoub Lounes http://matoub.rebelle.free.fr

En ce qui concerne la musique de Matoub Lounes, visiter le site Kb musique

Matoub LounesLa vie de Matoub Lounès été très agitée, il a vécu des moments tragiques qui ont marqué sa carrière d’artiste. Sa carrière artistique était indissociable de son combat politique. Depuis la sortie de son premier album A Yizem anda tellid ? (Ô lion où es-tu ?) Matoub Lounès célèbre les combattants de l’indépendance et fustige les dirigeants de l’Algérie auxquels il reproche d’avoir usurpé le pouvoir et de brider la liberté d’expression. Chef de file du combat pour la reconnaissance de la langue berbère, Matoub Lounès est grièvement blessé par un gendarme en octobre 1988. Il raconte sa longue convalescence dans l’album L’Ironie du sort (1989).

Violemment opposé au terrorisme islamiste, Matoub Lounès condamne l’assassinat d’intellectuels. Il fût cependant enlevé le 25 septembre 1994 par un groupe armé, puis libéré au terme d’une forte mobilisation de l’opinion kabyle. La même année, Matoub Lounès publie un ouvrage autobiographique Le Rebelle et reçoit le Prix de la mémoire des mains de Danielle Mitterrand.

En 1995, Matoub Lounèsparticipe à la marche des rameaux en Italie pour l’abolition de la peine de mort, alors qu’en mars 1995, le S.C.I.J. (Canada) lui remet Le Prix de la Liberté d’expression.

Le 25 juin 1998, Matoub Lounès fût assassiné sur la route menant de Tizi-Ouzou à Ath Douala en Kabylie (Algérie) à quelques kilomètres de son village natal. Les conditions de ce meurtre n’ont jamais été élucidées. Les funérailles du chanteur drainèrent des centaines de milliers de personnes et la Kabylie a connu plusieurs semaines d’émeutes et de deuil. Son dernier album Lettre ouverte aux…, paru quelques semaines après son assassinat, contient une parodie de l’hymne national algérien dans laquelle il dénonce le pouvoir en place.

«Mais la paix renaîtra un jour et mes chants parmi vous célébreront à nouveau le printemps si cher à nos cœurs..». L’auteur de ces lignes s’appelait Matoub Lounès, star de la chanson kabyle et héros dans sa région natale, Tamazgha.

Son combat

ounès Matoub disait que sa seule arme était ses chansons. Il disait tout haut ce que le peuple pensait tout bas. Ses textes sont d’ailleurs clairement revendicatifs, et la défense de la langue et de la culture berbère y tiens une place prépondérante.

Il militait pour la reconnaissance de Tamazight comme langue nationale et officielle de l’Algérie et pour que celle-ci soit utilisée dans tous les domaines: école, administration, sciences, médias…

Matoub, comme il le disait, était également opposé à une hydre à deux têtes: le pouvoir et l’intégrisme islamiste qu’il a engendré.

Ainsi, il chantait contre le régime, caractérisé par la corruption et la criminalité. Dans ses chansons, il n’hésitait pas à s’attaquer de front aux présidents algériens (Chadli, Boumediène, Ben Bella), aux ministres du gouvernement, à la sécurité militaire et même à l’opposition se disant démocrate (FFS,RCD).

Il s’oppose à la politique d’arabo-islamisation menée par ce pouvoir depuis l’indépendance qui ne correspond pas à la véritable identité de l’Algérie. Ainsi, face à la loi d’arabisation du 5 juillet 1998 généralisant l’usage de la langue arabe dans tous les domaines et face au mutisme des sois-disants partis politiques de l’opposition, il dira: « A partir du 5 juillet, je serai la seule opposition en Algérie. Je serai le seul opposant. […] Cette fois, soit ils me jetteront en prison, soit ils me tueront. »

Matoub critiquait également l’école algérienne, falsificatrice d’histoire, qui n’avait pour seul but selon lui que « d’arabêtiser » le peuple.

Il militait pour l’instauration d’une véritable démocratie et était un fervent partisan de la laïcité.

Il dénoncait également la place faite aux femmes dans la société. En effet, leurs droits sont bafoués et le code de la famille incluant des éléments de la charia, institutionnalise l’infériorisation des femmes par rapport à l’homme.

Opposé à l’islamisme et au terrorisme islamiste, il condamne l’assassinat d’intellectuels. Il composera en juin 1993, quelques semaines après le meurtre de Tahar Djaout, une magnifique chanson à sa mémoire,  »Kenza », du prénom de la jeune fille de la victime.

Fervent partisan de la laïcité, il s’oppose à ce que la religion s’immisce en politique, et s’oppose fermement à la république islamique tant voulu par les islamistes. A ce titre, il vivra la victoire du FIS aux élections législatives de 1991 comme un drame (la Kabylie, bastion de la résistance selon Matoub, ayant été une des régions d’Algérie où le FIS ne remporta aucun siège). Il restera très menacé par les terroristes islamistes.

Lounès Matoub n’hésite pas également à s’attaquer à de nombreuses composantes sacrées de l’islam. Ainsi, dans sa chanson  »Allah Wakber », il dénonce la fatalité qui fait accepter tout et n’importe quoi aux musulmans, l’aliénation issue de cette religion qui pousse les gens à ne rien entreprendre car tout est écrit et il y désacralise la langue arabe: elle n’est pas plus importante qu’une autre au motif qu’elle serait la langue du coran.

En 1996, il participe à la marche des rameaux en Italie pour l’abolition de la peine de mort, lui qui a été condamné 2 ans auparavant à cette même peine par les terroristes du GIA.

La fondation Lounès Matoub a été créée par sa soeur Malika pour perpétuer sa mémoire, faire la lumière sur son assassinat et promouvoir les valeurs d’humanisme défendues pendant sa vie.

Ait menguelletLounis Ait Menguellet, de son vrai nom Abdenbi Aït Menguellet, est un poète algérien de musique berbère, né le 17 janvier 1950 à Ighil Bouammas, village niché dans les chaînes montagneuses du Djurdjura dans la commune de Iboudraren daira de Ath Yenni wilaya de Tizi-Ouzou dans la région de Haute Kabylie au nord de l’Algérie.

Lounis Ait Menguellet est certainement l’un des artistes les plus populaires de la chanson berbère contemporaine, un poète qui est devenu l’un des symboles de la revendication identitaire berbère. À propos des évènements qui ont secoué la région de Kabylie ces dernières années, il dit que, égale à elle-même, la région est un bastion de la contestation et qu’elle a toujours été à l’avant-garde des luttes. « Je parle de la kabylie à ma façon, afin d’apporter quelque chose pour que les choses évoluent », avant de s’empresser d’ajouter qu’il ne fait jamais de politique.

Nombreux sont ceux qui considèrent que la carrière de Lounis Ait Menguellet peut être scindée en deux parties selon les thèmes traités : la première, plus sentimentale de ses débuts, où les chansons sont plus courtes et la seconde, plus politique et philosophique, caractérisée par des chansons plus longues et qui demandent une interprétation et une lecture plus approfondie des textes. Ay agu (Brume), I?ul s anga a nru? (Le chemin est long), Nekwni s warrac n Ledzayer (Nous, les enfants d’Algérie) : Ait Menguellet choisit délibérément dans ses concerts récents de chanter ces poèmes, plus longs et plus composés, comme une invitation lancée à son public à une réflexion et à une découverte.

En présentant son nouvel album à la presse, le 16 janvier 2005, à la veille de sa sortie le jour de son cinquante-cinquième anniversaire, à la Maison de la Culture de Tizi-Ouzou, Lounis a fait remarquer que « l’artiste ne fait qu’attirer l’attention des gens sur leur vécu et interpeller leur conscience. C’est déjà une mission et je ne me crois pas capable d’apporter les solutions aux problèmes ». Aigri par la situation sociale et politique de son pays déchiré, Lounis puise de moins en moins dans son répertoire de chansons sentimentales qui ont caractérisé ses débuts.

Ait Menguellet 2010Ait Menguellet a par ailleurs sorti son nouvel album 2010 Tawriqt Tacebhant . Voici le lien directe pour écouter ce nouvel album Ait Menguellet 2010 Tawriqt Tacebhant .